Hugo Drubay, artiste, designer produit, architecte d'intérieur et designer graphique / Art

Tous les droits sont réservés. Les droits d'auteur pour tout matériel publié sur ce site sont réservés. Toute reproduction ou utilisation d'objets tels que des images, des vidéos, des fichiers sonores, des diagrammes et des textes est interdite sans l'accord écrit de Hugo Drubay. 

Hugo Drubay n'est pas responsable des contenus liés ou référencés depuis son site web. Les contenus ne seront pas contrôlés et sont soumis au contrôle et à la responsabilité du fournisseur. L'utilisation d'adresses postales publiées, de numéros de téléphone et d'adresses e-mails à des fins de marketing est interdite.

Hugo Drubay s'intéresse au processus de création de la nature et de l’univers ; la cosmogonie. A la manière de l’alchimiste, il multiplie les transformations et expérimente les matériaux, attachant un intérêt particulier à la force symbolique et mystique de chaque matière et aux sensations qu’elles peuvent provoquer chez l’individu.

Terres du ciel est un bas relief contemporain invitant à la contemplation. Sa forme est extraite de la nature et transposée à l’objet grâce à l’union entre la technologie et l’artisanat. Créé à partir de la modélisation d’une feuille de placage de Noyer (impressions 3D) puis modelé en céramique, cette œuvre questionne le geste créatif en ce qu’il ne relève plus du créateur mais de la nature.

 

Cet objet s’inscrit également dans un long travail de réflexion autour de la citation de Hermès Trismégiste (personnage mythique de l’antiquité) : « Ce qui est en bas, est comme ce qui est en haut ; et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas » (extrait de La table d’émeraude). Ce texte, appartenant à littérature alchimique, entend questionner ce que l’on entend par « réel » et les principes qui nous aident à donner du sens à cette réalité. Cela nous conduit à considérer que la réalité qui nous entoure n’est autre qu’une effluve de formes significatives révélant par des jeux analogiques de nouvelles perceptions aux multiples narrations. 


Hugo Drubay privilégie ainsi une approche de la perspective où la représentation d’un espace peut être révélée par l’imaginaire de celui qui le contemple et par la dimension psychique qu’il pourra lui attribuer. La perception de la réalité est intimement liée à ce que qui est observé et à la signification des formes perçues, révélées par la lumière. Terres du ciel est la mise en volume de multitudes de représentations perçues par celui qui la contemple. Il s’agit donc d’un un objet paradoxal ; à la fois expression de la nature et de l’imaginaire, du familier et de l’étranger.

Détail

© Sarah Miguet Cadet, www.sarahmiguetcadet.com, 2018 

The creative process used for “Terres du Ciel” embodies this quest of resemblance to nature. Its shape was extracted from nature and transposed into an object through different technical manipulations. Somewhere between artisanal craftsmanship and industrial design, it was created by 3D scanning a piece of walnut veneer. It was then used to create moulds, which then lead to the production of several ceramic pieces. This project redefines the notion of creative process, as it no longer claims to be due to its creator but to nature. It is rather a way of creating a new artificial material that an art piece. Therefore I see it as a no-object, still in search for a proper definition.

 

When exhibited on a wall this piece can be observed and interpreted as a poetic landscape, such as Asian landscape stones (stones that were extracted from nature and glorified for their resemblance to pictorial landscapes since the 17th century). Finally, this type of fascination for landscape stones highlights another important notion in my work: that of similarities between macrocosm and microcosm. 

L'impression 3d de la matrice provient d'une collaboration avec le studio Greapz 

© Adrien Thibault, adrienthibault.fr